janvier 15, 2018 0 Commentaires

De 30 à 1200 €. Tout savoir sur les drones de loisirs.

Les drones de loisirs sont sortis des boutiques ultra-spécialisées pour rejoindre les rayons des grandes surfaces. On en trouve désormais à des prix ultra-légers, pour à peine 25 €. Bien évidemment, plus on progresse, plus on brûle de prendre les commandes d’un drone encore plus puissant, plus rapide. Les prix peuvent alors grimper jusqu’à des sommes impressionnantes, et l’arrivée du Mi Drone de Xiaomi, qui promettait un prix plancher, n’a pas changé la donne en matière de drones de milieu et haut de gamme.
Mais un drone, ça sert à quoi, finalement ?

Ces appareils, qui sont les héritiers du radiomodélisme, permettent de prendre plaisir à piloter, tout simplement. Mais c’est surtout les caméras sportives de type Gopro qui leur ont ouvert un nouvel univers, celui des prises de vues aériennes. Imaginez vos photos de vacances shootées depuis les airs, sous un angle inédit, et à vous les dronistes, ces selfies réalisés depuis un drone !


Nos préférés
Avant d’ acheter un drone grand format pour tourner de superbes images depuis les airs, mieux vaut acquérir les bons réflexes de pilotage avec un engin de taille plus raisonnable. Notre sélection repose sur ces critères : un drone petit format pour apprendre à piloter, et un appareil doué pour la vidéo qui soit idéal pour partir en vacances ou filmer de beaux paysages...
Le constructeur DJI domine le marché des caméras volantes de manière insolente, avec plus de 70 % des ventes ! Il faut dire qu’il profite de plusieurs années d’expérience, aussi bien dans les domaines professionnel que grand public. C’est lui qui propose les innovations les plus abouties et les plus efficaces. Difficile de se battre pour la concurrence, le français Parrot et l’américain 3DR ont été distancés. Pour les appareils plus petits, la bataille est rude avec des constructeurs moins connus.

Quelle taille choisir ?

Les plus petits drones mesurent 5 cm de côté et pèsent quelques dizaines de grammes . Leur radio-commande, d’ailleurs, est plus volumineuse qu’eux ! Ils ressemblent comme deux gouttes d’eau à des jouets pour enfants . Mais il ne faut pas s’y tromper : ce sont de vrais appareils volants , qui réagissent comme les gros. Ils se révèlent même plus difficiles à piloter , puisque l’électronique embarquée est moins performante.Le matériel est pensé à l’économie – de poids, principalement : les mini-drones reposent des petits moteurs dits « brushed », légers, mais à courte durée de vie (environ 200 vols), et sur des batteries de faible capacité. L’électronique de bord est faite d’une seule carte qui cumule les capteurs – accéléromètre, gyroscope – et les fonctions – stabilisation, réception des ordres de vol.

Avec des drones d’une dizaine de centimètres , il est possible d’embarquer une caméra de quelques grammes à bord. La qualité est médiocre , mais cela permet de profiter d’un angle de vue inédit et de garder une trace de tous les vols !

À partir de 25 cm, les drones sont équipés de moteurs plus puissants, dits « brushless ». Ils permettent de placer une charge plus lourde , qui peut être une batterie puissante, une caméra de type Gopro ou un ensemble caméra + émetteur vidéo pour les vols en immersion. Ces moteurs ont besoin d’être gérés par des circuits électroniques, que l’on appelle des ESC ( Electronic Speed Control).

En grimpant encore en taille , et parfois en ajoutant plusieurs moteurs supplémentaires , pour un total de 6 ou 8 , il est possible de porter une caméra de meilleure qualité, voire un appareil photo reflex , ou d’embarquer plusieurs batteries pour augmenter la durée de vol.

 


Subscribe